La vie du tiers lieu

Un lieu de vie à Lussac 🏠
Le Collectif Trois Tiers était cette après-midi à Lussac, aux côtés d’étudiants en architecture et en urbanisme super motivés ! 💪
L’objectif : proposer un aménagement éphémère du local de l’ancienne boulangerie pour le transformer en maison du projet du futur tiers-lieu 🌟
Rdv le samedi 13 mars après-midi pour venir découvrir leurs idées et participer à la conception de ce local à leurs côtés ☺️
Plus d’informations très bientôt sur la page Facebook du Collectif Trois Tiers !

Travaux ENEDIS

La deuxième phase débutera le 26 avril dans le centre bourg. A partir de la rue Cours des Girondin, la rue Victor Hugo puis la rue Lincent. Un plan de déviation sera mis en place lorsque les rues Victor Hugo puis Lincent seront barrées.

Ces travaux en cours, vont permettre d’améliorer la continuité de service électrique lors d’un défaut sur le réseau HTA (Haute Tension 20kV). Actuellement, le centre bourg est alimenté par une antenne HTA,  les hameaux Perruchon-la Perrière  par une autre antenne HTA. L’objectif de ces travaux est de relier ces deux antennes afin de réaliser une “boucle”.

Ainsi, en cas de défaut sur le réseau HTA de la commune, cette boucle permettra de réalimenter plus rapidement le secteur en isolant le défaut.

La première phase d’enfouissement du câble HTA entre La Perrière et Normand sur la D122E4, est terminée.

 

Travaux collège de LUSSAC

Les travaux devraient débuter à l’automne 2021 pour se terminer durant l’été 2023 et permettre une rentrée “toute neuve” aux élèves en septembre 2023.

L’équipe municipale souhaite que les Lussacais puissent être informé du projet et de l’avancée des travaux.

Retrouvez toutes les informations sur le site internet de la mairie

Page en cours de construction

COUPURE D’EAU GENERALE

 

Les travaux sur le réseaux d’eau de Lussac se poursuivent.

Afin de réaliser le raccordement des abonnés au nouveau réseau d’eau, une COUPURE GÉNÉRALE est nécessaire sur TOUTE la commune.

Lundi 26 octobre

&

Mercredi 28 octobre 

 

DE 7:00 à 17:00

 

Sur ces 2 mêmes jours, la rue du Ruisseau d’argent sera interdite à la circulation. Une déviation sera mise en place sur la société CANASOUT.

Nous sommes désolées  de la gêne occasionnée et nous vous invitons à prendre toutes vos précautions sur les jours concernés.

Les Frelons Asiatiques

ÊTRE EFFICACE DANS LA LUTTE CONTRE LE FRELON ASIATIQUE

 

Il convient de prendre en compte l’ensemble des nids à détruire tant sur le domaine public que privé. Ainsi, la prise en charge des interventions se répartie de la manière suivante :

– Sur le domaine public, n’hésitez pas à nous le faire savoir, aussi nous ferons intervenir dans les meilleurs délais la société anti-nuisible.

– Sur le domaine privé, vous pouvez contacter un professionnel pour qu’il intervienne au plus vite (liste de professionnel se déplacent sur le département disponible ici)

LA SAISONNALITÉ DU FRELON ASIATIQUE :

En février / mars, à la fin de l’hivernage, les jeunes reines partent créer un nouveau nid. Ce nid est appelé « nid primaire ». De la taille d’une orange, ils sont souvent localisés dans des espaces habités par l’Homme, à l’abri du froid (sous une toiture, dans un hangar…).

Ensuite, avant l’été, ils quittent ce nid primaire pour construire un second nid où les arbres seront privilégiés. La taille du nid évolue donc au fil de la saison, pour attendre son apogée en octobre/novembre.

Début décembre, avec l’arrivée du froid, l’activité des nids diminue, et les interventions de destruction deviennent alors inutiles car les reines quittent le nid en hiver. Ce nid ne sera pas recolonisé la saison suivante, la matière du nid se désagrégera au fil du temps.

 

 

GESTION DIFFÉRENCIÉE DES ESPACES VERTS ET ZÉRO PHYTO

L’aménagement des espaces urbains et le fleurissement des villes sont marqués ces dernières années par une évolution des pratiques de gestion.
Ces nouvelles pratiques plus durables, ont pour objectif de transmettre à nos enfants un environnement de qualité, en préservant la biodiversité et les ressources naturelles.

Afin de répondre au mieux à ces nouvelles exigences de gestion a adopté, déjà depuis quelques année, un Plan de Gestion Différenciée des Espaces Publics.

Suite à venir…

SALUBRITE PUBLIQUE

Entretenir la propreté de notre ville est fondamental. Chaque jour, nous mettons tout en oeuvre pour conserver une ville propre. Il en va aussi de la responsabilité de chacun d’entre nous.

LUTTE CONTRE LES RONGEURS

Le rat est un animal qui, en trop grand nombre, peut présenter un risque pour la santé et l’habitat. Si chacun se mobilise à son échelle, en appliquant des méthodes simples de prévention, il est facile de dissuader ce rongeur de s’installer chez vous !

La réglementation

  • Chaque propriétaire privé et directeurs d’établissements publics sont tenus d’entretenir leurs locaux pour éviter l’introduction des rongeurs
  • Interdiction de jeter de la nourriture sur les lieux publics pour attirer les animaux errants (et privé lorsque cette pratique risque d’attirer les rongeurs)

Le rôle de la Commune

  • Surveiller et entretenir les réseaux, les espaces et bâtiments publics avec l’action d’une société privée pour l’éradication.
  • Enregistrer les signalements de rats et faire en sorte et accompagner les propriétaires victimes de l’installation des rongeurs.

Les pratiques préventives chez moi

Des méthodes faciles à mettre en œuvre peuvent éviter que ces rongeurs indésirables ne s’installent chez vous. Il s’agit à la fois de leur condamner les accès éventuels à l’eau et à la nourriture, tout en empêchant ses déplacements.

DÉJECTIONS CANINES

L’espace public est un lieu de vie partagé de tous, ce sont des cheminements piétons, des espaces de détentes pour petits et grands, ainsi que des lieux de travail pour les agents des Services Municipaux. Malheureusement, il est encore trop souvent constaté la multiplication des déjections canines sur les trottoirs ou les pelouses !

Pour rappel, « les usagers de la voie publique sont tenus d’éviter toute cause de souillure sur lesdites voies » (Règlement Sanitaire Départemental).

Une déjection non ramassée de votre animal à 4 pattes est une infraction de 2ème classe et passible d’une amende pouvant aller de 35€ à 1 500€.

ACTIVITÉS SENIORS

On se remet au sport avec Jonathan !

AVIS AUX 55 ANS ET PLUS, VOUS POUVEZ VOUS INSCRIRE AUX ACTIVITÉS PROPOSÉES.

> Reprise des activités sportives, les mardis :
Renforcement musculaire, gym d’entretien

> Reprise des activités, les jeudis :
Marche

À noter :
– Port du masque obligatoire, sauf durant la durée des séances + application des gestes barrières en vigueurs.

Pour tous renseignements vous rapprocher de la mairie

COVID-19 Zone Rouge : Qu’est-ce que ça change

Source (service-Public.fr)

De nombreux départements de la métropole sont classés en zone rouge. Qu’est-ce que cela veut dire ? Quels sont les indicateurs d’une zone à circulation active du virus (ZCA) ? Qui le décide ? Qu’est-ce que ça change en pratique ? Quelles mesures peuvent être prises ? Service-public.fr vous explique.

Quels sont les critères ?

Un département passe en zone rouge ou « zone de circulation active du virus » (ZCA), lorsque son taux d’incidence dépasse 50 nouveaux cas de Covid-19 pour 100 000 habitants en une semaine. Cet indicateur est calculé à partir des résultats des tests PCR.

Cependant, un département avec un taux d’incidence inférieur peut être classé par anticipation en zone rouge si ce taux est en augmentation ou bien s’il est géographiquement proche d’un autre département avec un taux d’incidence élevé.

La décision de passage en ZCA est prise par décret du Premier ministre.

Quelles mesures peuvent-elles être prises ?

Le passage d’un département en zone rouge donne au préfet des pouvoirs renforcés. Il peut prendre des mesures complémentaires sur son territoire pour lutter contre la propagation du virus, notamment :

  • limiter les déplacements à un rayon de 100 km, à un département ou à une ville ;
  • fermer partiellement ou complètement les établissements recevant du public (ERP) non essentiels (par exemple des salles de spectacles, des centres commerciaux, des gymnases, des musées…), des lieux de réunions ou des lieux publics (rues, jardins, parcs, plans d’eau, plages …) ;
  • interdire la tenue des marchés, couverts ou non et quel qu’en soit l’objet ;
  • limiter voire interdire des rassemblements.

Ces mesures sont prises en concertation avec les maires et les Agences régionales de santé (ARS) en fonction des données épidémiologiques locales.

Pour connaître les règles à respecter, vous pouvez vous renseigner auprès de votre mairie ou de votre préfecture.

PARTAGEONS LA ROUTE

Un accident est toujours plus grave quand il implique un tracteur. En cette période de vendanges, redoublez de prudence sur les routes !

COVID-19

COVID-19

Situation épidémiologique au 2020-09-07

La conduite à tenir pour la population 

 

Depuis le 31 août 2020, le port du masque, pour les personnes de onze ans et plus, dans les zones à forte concentration de personnes des communes de la Gironde est obligatoire (P033-20200831-Autres-Gironde)

 

À compter du lundi 20 juillet, le port du masque grand public est obligatoire dans les lieux publics clos.

Et n’oubliez pas :

En cas de fièvre ou sensation de fièvre, toux, difficultés à respirer

  • Contactez rapidement le SAMU Centre 15 en signalant votre voyage
  • Évitez tout contact avec votre entourage, conservez votre masque
  • Ne vous rendez pas directement chez le médecin, ni aux urgences de l’hôpital

Le numéro vert pour toutes questions non-médicales

Pour aller plus loin, consultez le site de l’ARS (Agence Régionale de Santé).

Vous pourrez consulter les communiqués de presse, l’évolution de la maladie dans la région et télécharger les documents nécessaires pour tous déplacements.

Cliquez sur ce lien  Site de l’ARS

Feux de déchets verts

Brûlage de déchets verts et règles de voisinage

Un voisin qui fait un feu pour brûler ses déchets végétaux (branches d’arbres, feuilles mortes…) dans son jardin peut provoquer des nuisances pour le reste du voisinage (fumée, odeurs…), sans compter les risques d’incendieséventuels. Les recours des riverains pour faire cesser ces nuisances. 

En principe, il est interdit de brûler des déchets verts. 

Cette interdiction est édictée pour plusieurs raisons :

  • dans une optique de santé publique d’une part, puisque cette pratique pose des problèmes notables en matière sanitaires, puisque la combustion de végétaux émet des polluants tels que des particules fines ou des gaz toxiques ou cancérigènes ;
  • dans un but de prévention d’autre part, le brûlage de déchets verts pouvant entrainer des risques d’incendie.
  • Plutôt que de brûler les déchets verts, les autorités préconisent leur compostage ou leur collecte en déchèterie. 
  • Exceptions

    Il existe toutefois des exceptions pour les habitants se situant en zone rurale ou péri-urbaine. Dès lors que leur zone est dépourvue de déchetterie et qu’aucun système de collecte de déchets végétaux n’est prévu, il est possible de brûler ces déchets mais dans les conditions prévues par l’arrêté préfectoral (consultable en mairie). 

  • Maire et action en justice

    Il incombe au maire de faire respecter l’interdiction de brûler des déchets verts par des particuliers. Ce devoir entre dans le cadre de ses pouvoirs de police et sur la base de l’article 84 du règlement sanitaire départemental. Les riverains disposent des voies d’action de droit commun à l’encontre des auteurs des nuisances (d”après une réponse ministérielle publiée dans le JO Sénat du 29/12/2011). 

    Un habitant peut donc demander aux services d’hygiène de la mairie d’intervenir si un voisin ne respecte par la réglementation. 


  • Autorisation exceptionnelle

    Des dérogations à l’interdiction peuvent toutefois exister, notamment lorsque la combustion des déchets peut permettre d’éviter la propagation d’épidémies en raison de vers, de bactéries ou de parasites touchant certains végétaux. Mais ces autorisations doivent être prévues par le préfet dans le cadre du règlement sanitaire départemental (réponse ministérielle publiée au JO AN du 09/02/2016).

    Réalisé en collaboration avec des professionnels du droit et de la finance, sous la direction d’, diplômé d’HEC.

Autour de Lussac

Partez à la découverte lors de cette jolie balade de Lussac et de ses environs. Son patrimoine néolithique, son église et son château.

Départ : Lussac  Durée : 2h30  13.84 km

TELECHARGER


1  Depuis la place de l’église, prenez à gauche l’avenue Gambetta puis marchez jusqu’au collège.
Le collège sur votre gauche, prenez à gauche direction “Menhir de Picampau”.
Longez les bâtiments du collège et poursuivez tout droit (laissez le château Haut Piquat sur votre droite).
Vous continuez ensuite toujours sur ce chemin (balise jaune/verte).

2  Au bout du chemin tourner à gauche en descendant puis en épingle à droite en suivant les arbres.
Longer ces arbres en continuant droit devant, cessez de suivre le bosquet en empruntant le cheminentre les vignes sur votre droite.
Suivez ensuite ce chemin : tout droit, à gauche, à droite et enfin à gauche pour rejoindre le chemin qui continue tout droit jusqu’à la route D122.

Au croisement tournez à droite et continuez quelques mètres dans cette direction le long de la D122 (attention à la circulation).
Prenez ensuite sur la gauche le chemin menant au Château Bellevue.
Au bout du chemin face au château, tournez à gauche.

Continuez dans cette direction en suivant le chemin goudronné obliquant au bout vers la droite.
Au croisement tournez à droite et continuez sur le chemin jusqu’à rejoindre la D22.
Au Stop traversez la D22 et poursuivez par le chemin en face encore droit devant.
Il vous mènera jusqu’à un croisement avec la D17.

Traversez la route (attention à la circulation), tournez à gauche puis prenez le premier chemin de vigne sur votre droite (suivre “Boucle des celtes/ Lussac”)
Au bout, continuez entre les vignes sur la gauche et poursuivez tout droit.
Au bout tournez à droite et longez les vignes dans cette direction. Ce chemin enherbé tourne sur la gauche, suivez le.
Vous rejoignez un chemin goudronné à droite.
Quittez ce chemin en utilisant la première à gauche (balise verte).
Poursuivez tout droit, jusqu’au bout en face d’une des grilles d’entrée du château La Tour Ségur.

Face à la grille, tournez à gauche et poursuivez sur cette route goudronnée jusqu’au prochain croisement.
Au croisement, tournez à droite (balise verte). Continuez sur ce chemin jusqu’à ce qu’il rejoigne un Stop au croisement de la D122..
Traversez la départementale puis poursuivez toujours sur le chemin en face jusqu’au prochain croisement.

Au croisement, tournez à droite.
Empruntez ensuite la première à droite et poursuivez dans cette direction jusqu’à rejoindre la D21.
Au croisement poursuivez vers la droite (attention à la circulation).
Continuez tout droit puis empruntez le prochain chemin sur votre droite vers château Pichon.

Continuez sur ce chemin en direction de château Pichon, prenez ensuite le premier chemin goudronné à gauche.
Continuez toujours tout droit jusqu’à rejoindre la D122.

A la route, partez vers la droite (attention à la circulation) continuez tout droit puis empruntez la première à gauche.
Continuez tout droit puis empruntez le prochain chemin goudronné à droite.
Traversez la parcelle de vignes en empruntant le chemin de terre sur votre droite.
Tournez au bout à gauche puis empruntez le second chemin de terre que vous trouverez vers la gauche.
Au bout, poursuivez à droite, continuez tout droit longeant le château de Lussac.
Vous rejoignez la D122 et le coeur du village sur votre gauche.

TELECHARGER

Eglises Romanes et chateau en lussacais à découvrir

Le Château et l’église de Monbadon

Le château de Monbadon est un des derniers témoignages d’architecture militaire médiévale subsistant en Gironde.
C’est en effet au début de la Guerre de Cent Ans, le 24 avril 1330, qu’Edouard III, roi d’Angleterre, donna «licence» à Indie de Monbadon de fortifier ce poste avancé de Guyenne afin de surveiller les vallées de l’Isle et de la Dordogne.
Depuis 1602, sous le règne de Henri IV, roi de France et de Navarre, la même famille est toujours propriétaire de l’ensemble du domaine. L’église de Monbadon est située dans un vallon creusé entre deux coteaux, où s’élevait, à
l’est le château du même nom et au sud-ouest la maison noble de Jouanin. A l’origine, le château de Monbadon était une tour de guet avec le village de Saint-Martin de Bohens en contrebas. Cette église de Saint-Martin de
Monbadon présente avec sa façade occidentale des caractéristiques, que l’on retrouve sur la façade de Notre-Dame de Cornemps, ce qui nous permet de la dater de la fin du XIème siècle. La nef, ainsi que le clocher et le chevet roman, dont on conserve une petite partie, ont fait eux l’objet d’une campagne d’embellissement à la fin du XIIème siècle. Le chevet actuel, reconstruit au XVIIIème témoignage de la permanence de l’architecture romane dans la
région à l’âge classique, où elle est associée à un prestige passé et une forme de stabilité.

L’église romane  de Saint-Philippe d’Aiguille

L’édifice roman du XIe et XIIe siècles est classé au titre des monuments historiques en 19201. Cet édifice a subi de nombreuses transformations. Au XIe siècle, construction d’une nef en moellons raidie par des contreforts d’appareil. Son lambris primitif fut remplacé au siècle suivant par deux coupoles sur pendentifs. Au XVIe siècle, construction du transept postérieur à la nef et surmonté d’un clocher carré, puis prolongé d’un chevet (partie d’une église qui se trouve à la tête de la nef, derrière le choeur) gothique. Les chapelles latérales furent édifiées en 1651 pour la chapelle Sud
et en 1696 pour la chapelle Nord. Seule la façade ouest présente de nombreuses sculptures, le fronton est orné d’un encorbellement fait d’arcades feintes à voussure, supporté par des corbeaux représentant les sept péchés capitaux.

Côteau de Pey Landry

Site géré par le Conservatoire d’espaces naturels d’Aquitaine. Ses pelouses sèches, prairies et boisements abritent une grande diversité d’espèces et de milieux. Véritable réservoir biologique, Pey Landry se caractérise par son importante richesse en orchidées. C’est également l’occasion d’approcher le monde des insectes avec deux espèces de papillons protégés : l’Azuré du Serpolet et le Damier de la Succise. A voir également : menhir de Pey Landry.

Le Château Puyfromage et son colombier

Francs côtes de Bordeaux

Du XIème ou XIIème siècle, le donjon du Vieux Château est le bâtiment le plus ancien à Puyfromage.
Le château est d’époque Renaissance comme le montre les fenêtres à meneaux. La date de 1574 a été trouvée sur la poutre maîtresse de la charpente, lors de sa réfection suite à un incendie. Le colombier de Puyfromage est une curiosité locale. Son ancienneté et son importance en font un édifice exceptionnel. Il contient 1000 loges appelées « boulins » (cavités pouvant recevoir les pigeons). Le droit de colombage était, sous l’Ancien Régime, un droit seigneurial à valeur de privilège. Plus le colombier était grand, plus le seigneur était important. Chaque boulin représentait
un « journal », superficie de travail d’un ouvrier dans une journée, soit 49 ares à Puyfromage. Le domaine avait donc une superficie totale de 490 hectares soit 5 fois plus que maintenant. Sur RDV Contact : Ewa BOBET 05 57 41 06 53 contact@puyfromage.fr

L’église Saint-Martin de Francs

C’est au IXème siècle qu’un seigneur de Ségur, Bertrand, fait bâtir le château de Francs. A l’époque des Guerres de Religion, les protestants de la région le pillent. Durant la Révolution, le château est mutilé, les tours sont rasées ou découronnées, et les archives brulées. Les bâtiments qui subsistent datent du XIVème siècle. Il est situé sur une colline élevée, en première ligne pour la
défense du territoire lorsque les troupes arrivaient du pays de Castillon ou de l’Entre-Deux-Mers.

Le Château de Francs
Le Le château de francs était à l’origine une place forte militaire sous domination anglaise de 115 à 1453, date de la bataille de Castillon. Seule une partie du Château servait d’habitation seigneuriale, le reste étant réservé aux 300 hommes de troupe avec leurs chevaux et équipages. La famille de Ségur qui avait mis son château à la disposition des anglais, fut contrainte de le vendre quand l’aquitaine redevint Française sous Henri IV. Le Château de Francs est une merveille architecturale du Moyen-Age, ceint d’un beau vignoble aujourd’hui totalement restauré. Ce domaine de 37 hectares de vignes s’épanouit sur un terroir argilo-calcaire.

L’église Notre-Dame de Tayac
Notre Dame de Tayac est aussi à rattacher à l’archiprêtré d’Entre-Dordogne et à la châtellenie de Puynormand. Cette dernière fut vendue en parcelles par Henri IV en 1602, mais Tayac reste liée aux villages voisins. La baronnie de Puynormand est alors constituée et rassemble les paroisses de Puynormand, Francs, Saint-Sauveur, Gours, Saint-Cibard et Tayac.

L’ancienne abbaye de Cornemps

L’église construite au XIème et XIIème siècles, longue et étroite, comprenait trois travées de nef, un faux transept et un abside, le tout formant une longueur de 35m. Toute la partie ouest de l’Eglise, sur une longueur de 15m est en ruines. Une partie du mur latéral nord et de la façade ouest est encore debout. Le mur sud à disparu. Le mur nord est en maçonnerie assez grossière, mais par endroits les moellons qui le composent, sont disposés avec symétrie: on a choisi les plus plats et de l’épaisseur d’une brique pour en faire des cordons horizontaux disposés en feuilles de fougères ou arêtes de poissons. A l’intérieur, ce mur est renforcé par un placage de trois arcs en plein cintre, qui s’appuient sur des pilastres carrés, dont les chapiteaux portaient des festons, des anneaux enchaînés, etc … La porte en plein cintre de la façade ouest est encore en place au milieu des ruines. Ses voussures s’appuient sur des colonnes cylindriques aux chapiteaux ornés de festons. La partie orientale de l’Eglise, la moins endommagée, a été séparée de la précédente par un mur de blocage; on a rebâti l’angle sud-ouest de l’avant choeur ou faux transept, et toute cette portion de l’Eglise a été rendue au culte .

L’église St-Pierre de Petit-Palais

“Aucun texte ne nous renseigne sur les origines de la construction de l’Eglise et son style seul, fait connaître qu’elle doit être l’oeuvre du troisième quart du XII siècle. Le mur sud a été refait en maçonnerie négligée et d’importants
contreforts furent appliqués contre la travée du clocher et le sanctuaire, enfin celui-ci fut modifié. En 1844 comme on venait de restaurer la façade, l’architecte Paul Coureau dressa un devis pour tourner une voûte d’ogives sous la charpente apparente qui laissait passer le vent et le froid. C’est en effet au XIXème que l’Eglise a été voûtée; puis, au XXème siècle l’architecte Rapine, restaura le portail, le clocher et fit à l’ensemble une suite de travaux judicieusement entrepris.” Le seul renseignement qui nous soit parvenu sur le village de Petit-Palais concerne les troubles des Guerres de Religion. Le village fut assiégé en 1587 par les troupes du vicomte de Turenne et « le bourg
ne se rendit qu’après avoir enduré 80 coups de canon, perdu 2 capitaines, 14 soldats et 140 paysans ». A la suite de la Révolution Française, la commune de Petit-Palais fut couplée à une ancienne paroisse, appelée Cornemps.
D’origine gallo-romaine, le terme de Cornemps signifie «lieu sacré».

Le Château de Lussac

Le Château de LUSSAC a été fondé en 1876, et il est la propriété de Mme G. Laviale – Van Malderen et son époux Hervé depuis le millésime 2000. Le vignoble comme l’outil de vinification ont été rebâtis. Et le Château de LUSSAC produit aujourd’hui des vins rouges, blancs et rosés sur un terrain
argileux, et argileux limoneux.

 

Sources : http://eglisesdulussacais.free.fr

Sources : http://www.memoirehistoireppc.com

 

Eglises romanes et châteaux en Lussacais

A découvrir lors de cette balade (cliquez ici)

Bien qu’elle traverse les appellations Puisseguin Saint-Emilion, Lussac Saint-Emilion, Castillon Côtes de Bordeaux et Francs Côtes de Bordeaux, cette balade n’est pas qu’une découverte de paysages viticoles. Elle vous permettra d’explorer les joyaux de l’architecture romane et le patrimoine castral dans le Lussacais.

Pour les plus courageux, la boucle fait 32 km en passant par Saint-Philippe d’Aiguille. En revanche, vous pouvez éviter le détour vallonné par Saint-Philippe en rejoignant directement Saint-Cibard (point n°12). La petite boucle fait 26 km.

FICHE DESCRIPTIVE

Départ : Lussac Durée : 3h00 Kilométrage : 32 km

Type de ballade : circuit VTC

Difficulté : sportive

Altitude au départ 33m      Dénivelé : 49m

Télécharger

 

 

ITINERAIRE :

  • Au départ de l’église, prenez la rue Thiers puis au carrefour tournez à droite en direction de Puisseguin.
  • A la sortie de Lussac au niveau du garage Renault, prenez à droite direction de Moulin Blanc et Moulin Noir. Continuez toujours tout droit.
  • Au stop de la D244 (Château Cassat à votre droite), prenez à gauche puis la 1ère à droite.
  • Prenez la 1ère à droite avant d’entrer dans Puisseguin. Traversez le lieu-dit Guillotin en suivant la route qui bifurque vers la gauche.
  • A la prochaine intersection après Guillotin, prenez à gauche et tout de suite à droite la rue Jean Poitou.
  • Au cédez-le-passage, prenez à droite en direction du bourg de Puisseguin.
  • Passez devant le Château Beauséjour et la mairie puis prenez la route de Saint Philippe à gauche. Puis continuez tout droit.
  • Au croisement, laissez la route de Saint Philippe à droite et celle de Fayan en face, prenez celle à gauche (panneau 3,5t).
  • Après avoir aperçu le Château de Monbadon à votre gauche, prenez la route à gauche en haut de la côte et dirigez-vous vers le château.
  • Au stop du Château de Monbadon, tournez à gauche pour voir l’église ou à droite vers le château pour continuer le circuit.
  • Après le Château de Monbadon, prenez la 3ème à droite direction Terrasson et Gasquerie si vous suivez la grande boucle. Pour la petite boucle, continuez tout droit.
  • Pour suivre la petite boucle, allez jusqu’au stop et prenez à droite direction Saint Philippe. Puis la 1ère à gauche au niveau de l’arrêt de bus. Dans le hameau Nichon, descendez à gauche et continuez jusqu’à l’église de Saint-Cibard.
  • Passez les lieux-dits Terrasson, Gasquerie et Tuillac et continuez tout droit jusqu’à Saint Philippe.
  • Vous arrivez à Saint Philippe par le cimetière. Au 1er croisiement, continuez tout droit jusqu’à l’église.
  • Au niveau de l’église, tournez à gauche en direction du bourg.
  • Dans le bourg de Saint Philippe, prenez à gauche et tout de suite à droite en direction de Piqueroque. Descendez et continuez toujours tout droit.
  • Au stop, montez à gauche jusqu’au Château de Clotte.
  • Au carrefour après le Château de Clotte (sur votre droite), tournez à gauche direction Le Pin (laissez Les Salles à droite).
  • Continuez toujours tout droit jusqu’au stop. Au stop du Château Roc du Pin, tournez à droite.
  • Aussitôt après le stop du Pin, prenez la 1ère petite route à gauche en direction de Saint Cibard.
  • A Saint-Cibard, à hauteur de l’église et de l’étang, suivez la route principale en direction du Château de Monbadon.
  • Après Saint-Cibard, allez tout droit jusqu’au stop du Château Puyfromage. Prenez à droite et traversez le hameau Guaronneau.
  • Au carrefour de la cave coopérative de Francs, prenez à gauche en direction de Francs et montez jusqu’au bourg.
  • En arrivant à Francs, prenez à gauche avant la mairie pour voir l’église, ou tout droit pour continuer la boucle.
  • Après le Château de Francs, au carrefour de la route de Puynormand, continuez tout droit jusqu’à Tayac.
  • Traversez le village de Tayac, passez devant l’église et poursuivez tout droit jusqu’au stop de la route de Petit-Palais.
  • Au carrefour de la route de Petit-Palais, continuez en face en direction de Petit-Palais.
  • Après le hameau Lapourcaud, tournez à droite direction Les Huguets.
  • Au carrefour du lieu-dit Les Huguets (face au Château Les Maines), tournez à droite et continuez jusqu’au prochain stop.
  • Au stop de Cornemps, tournez à droite pour voir l’ancienne abbaye ou à gauche afin de poursuivre le circuit.
  • Au croisement de la route de Tayac, suivez la route de Petit-Palais à droite.
  • Au niveau du chevet de l’église de Petit-Palais, continuez à droite de l’église jusqu’au stop.
  • Au stop dans le bourg de Petit-Palais, prenez à gauche direction Lussac et passez devant l’église.
  • Après être passé devant le porche de l’église de Petit-Palais, prenez la 1ère droite.
  • Dans le hameau Sorillon, prenez la route à gauche au niveau de l’arrêt de bus
  • Au stop, prenez la route à droite.
  • Avant d’entrer dans le sous-bois, prenez à gauche la route limitée à 50 km/h (balise jaune). Traversez le bois.
  • Au stop de Maine Blanc, prenez la route à gauche et continuez tout droit jusqu’à Lussac.
  • Traversez le lieu-dit Terrien en passant devant le Château (à droite) et continuez tout droit jusqu’à Lussac.
  • A l’intersection de Perruchon (à gauche), continuez tout droit en direction de Lussac.
  • Au stop à l’entrée de Lussac, suivez la direction du centre-ville.
  • Passez devant le Château de Lussac et rejoignez l’église. Vous êtes arrivé.
  • Télécharger